Livre des ACTES des Apôtres

2, 14. 22b à 33

Le discours de Pierre
14Pierre se leva alors avec les onze autres *apôtres ; d’une voix forte, il s’adressa à la foule :
«Vous, *Juifs, et vous tous qui vivez à Jérusalem, écoutez attentivement mes paroles et comprenez bien ce qui se passe. 15Ces gens ne sont pas ivres comme vous le supposez, car il est seulement neuf heures du matin. 16Mais maintenant se réalise ce que le *prophète Joël a annoncé : 17 “Voici ce qui arrivera dans les derniers jours, dit Dieu : Je répandrai de mon *Esprit sur tout être humain ; vos fils et vos filles deviendront prophètes, je parlerai par des visions à vos jeunes gens et par des rêves à vos vieillards. 18 Oui, je répandrai de mon Esprit sur mes serviteurs et mes servantes en ces jours-là, et ils seront prophètes. 19 Je susciterai des phénomènes extraordinaires en haut dans le ciel et des *signes miraculeux en bas sur la terre : Il y aura du sang, du feu et des nuages de fumée, 20 le soleil deviendra obscur et la lune rouge comme du sang, avant que vienne le jour du Seigneur, ce jour grand et glorieux. 21 Alors, quiconque fera appel au Seigneur sera sauvé.”
 
22«Gens *d’Israël, écoutez ce que je vais vous dire :
Jésus de Nazareth était un homme dont Dieu vous a démontré l’autorité en accomplissant par lui toutes sortes de *miracles et de signes prodigieux au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes. 23Cet homme vous a été livré conformément à la décision que Dieu avait prise et au plan qu’il avait formé d’avance. Vous l’avez tué en le faisant clouer sur une croix par des infidèles. 24Mais Dieu l’a *ressuscité, il l’a délivré des douleurs de la mort, car il n’était pas possible
que la mort le retienne en son pouvoir.
25En effet, *David a dit à son sujet : “Je voyais continuellement le Seigneur devant moi, il est à mes côtés pour que je ne tremble pas. 26 C’est pourquoi mon coeur est rempli de bonheur et mes paroles sont pleines de joie ; mon corps lui-même reposera dans l’espérance, 27 car, Seigneur, tu ne m’abandonneras pas dans le monde des morts, tu ne permettras pas que moi, ton fidèle, je pourrisse dans la tombe. 28 Tu m’as montré les chemins qui mènent à la vie,
tu me rempliras de joie par ta présence.
29«Frères, il m’est permis de vous parler très clairement au sujet du patriarche David : il est mort, il a été enterré et sa tombe se trouve encore aujourd’hui chez nous. 30Mais il était prophète et il savait que Dieu lui avait promis avec serment que l’un de ses descendants lui succéderait comme roi. 31David a vu d’avance ce qui allait arriver ; il a donc parlé de la résurrection du *Messie quand il a dit : “Il n’a pas été abandonné dans le monde des morts, et son corps n’a pas pourri dans la tombe.”
 
32Dieu a relevé de la mort
ce Jésus dont je parle et nous en sommes tous témoins.
33Il a été élevé à la droite de Dieu
et il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis ;
il l’a répandu sur nous, et c’est ce que vous voyez et entendez maintenant.
34Car David n’est pas monté lui-même au ciel, mais il a dit : “Le Seigneur Dieu a dit à mon Seigneur : viens siéger à ma droite,
35 je veux contraindre tes ennemis à te servir de marchepied.”
 
36Tout le peuple d’Israël doit donc
le savoir avec certitude :
ce Jésus
que vous avez cloué sur la croix,
c’est lui que Dieu a fait Seigneur et Messie !»
 
37Les auditeurs furent profondément bouleversés par ces paroles.
Ils demandèrent à Pierre et aux autres apôtres :
« Frères, que devons-nous faire ?»
 
38Pierre leur répondit :
« *Changez de comportement
et que chacun de vous
se fasse baptiser au nom de Jésus- Christ,
pour que vos *péchés vous soient pardonnés.
Vous recevrez alors le don de Dieu, le Saint-Esprit.

 

Interprétation du phénomène

(2.14-21)

Dans ce premier message, adressé aux gens d’Israël, Pierre interprète l’événement. La présence du Seigneur n’étant désormais plus visible avec les yeux du corps, Jésus ressuscité se manifeste dès lors à travers la parole des apôtres et dans une écoute nouvelle des Écritures. Les apôtres ne sont pas ivres de vin, ils sont affectés d’une ivresse spirituelle. Et ce ne sont que les prémices des prodiges annoncés par le prophète Joël (Joël 3.1-5) !

 

 

 

Jésus relevé de la mort

(2.22-32)

Les actes de Jésus, sa mort, sa résurrection, sont rappelés brièvement pour affirmer son statut nouveau et sa victoire sur la mort. Pierre fait entendre le Ps 16 d’une manière inédite. Sa lecture du Psaume, cité selon l’ancienne version grecque (v. 26-28 ; Ps 16.8-11), montre le roi David, identifié au psalmiste, comme un prophète et même un patriarche, titre donné aux ancêtres célèbres du peuple d’Israël. Le témoignage prophétique rendu à Jésus ressuscité en prend

une valeur d’autant plus forte.

 

 

 

 

Jésus ouvre son règne

(2.33-36)

La source de l’abondance spirituelle, c’est Jésus élevé dans sa nouvelle fonction royale. Le texte du Psaume 110 (v.1), cité aux v. 34-35, s’élargit avec un sens chrétien. En communiquant l’Esprit reçu du Père, Jésus agit pleinement

comme Messie et Seigneur.

 

 

 

Une Église est née

(2.37-41)

Quand le don du Saint-Esprit est reçu, il provoque un profond changement de mentalité, et une nouvelle communauté de croyants se forme.

 

Au début du chapitre, ils n’étaient que douze ; au terme du chapitre,

une Église est née de l’Esprit du Seigneur ressuscité.

 

Une caractéristique de cet embryon d’Église reviendra

plusieurs fois dans le récit :

sa croissance extraordinaire (v. 47).

Simon-Pierre est poussé hors du Cénacle
par l'Esprit: inspiré de l'intérieur
pour s'adresser à cette foule v
enant de tous les horizons géographiques
et culturels.
 
Il s'adresse "au monde",
du moins à un monde croyant au Dieu d'Israël.
 
*
Tous connaissent des rudiments des Ecritures. Pierre peut donc s'y référer.
Il prouve ainsi que depuis longtemps il prie sur les psaumes, attribués alors à David et médite le message de conversion
proposé par les prophètes.
Il cite particulièrement le prophète Joël
pour montrer que ce jour est un Jour historique où Dieu manifeste particulièrement son influence sur les personnes.
 
Celles-ci comprennent par le coeur
un message proclamé dans une langue
qui n'est pas habituellement la leur.
 
Elles vibrent ensemble
au lieu de se diviser en groupes culturels.
*
Elles sont bouleversées
par l'événement Jésus de Nazareth
qui vient de se produire
quelques semaines plus tôt, ici, à Jérusalem,
au moment de la Pâque.
 
Pierre trouve les mots pour présenter
son ami, son guide, son modèle,
son Seigneur., celui qu'il a renié par peur
et qui aujourd'hui lui fait transcender sa peur.
 
Ce Jésus est passé en faisant le bien:
il parlait avec l'autorité
d'un homme de Dieu.
Mais ce qu'il disait s'opposait
à la religion que les autorités
imposaient au peuple.
 
Les grands responsables ont donc décidé
de le condamner et de le livrer
au pouvoir politique des païens occupants.
 
Ils en ont pris la responsabilité historique.
 
Dieu ne pouvait pas approuver
cette violence injuste.
Il l'a relevé de la mort.
Il est vivant.
Nous l'avons vu. Nous en sommes témoins. Nous témoignons
qu'il agit en nous, qu'il parle par notre bouche, qu'il s'adresse à chacun de vous
pour vous inviter à croire en Lui,
à changer votre façon de vivre.
 
Il veut vous sauver.
C'est Lui que nous attendions.
Il est Messie, Seigneur.
*
 
Pierre touche les coeurs
et frappe les esprits.
Beaucoup comprennent que
l'heure est venue de se laisser
emporter par un Esprit nouveau.
Ce Jésus,
en hébreu Yeshouah,
"Yahvé sauve",
est vraiment le Sauveur,
le Libérateur espéré.
Suivons-le.
Croyons-le,.Aimons-Le.
arcenciel
foule

 

 

 

 

 

Le vrai bonheur

(Ps 16)

 

Drame de libération : supplication, confiance d’être sauvé.

 

Sur un ton calme et serein,

le psaume nous rapporte la prière paisible d’un juste qui met toute sa

confiance dans le Seigneur.

 

Qu’il soit lévite, simple Israélite pieux ou figure du peuple tout entier,peu importe!

 

Sa prière devient celle de tous ceux qui fondent leur vie sur le Seigneur.

 

 

 

 

Ils ont à renoncer aux faux dieux du prestige, du pouvoir, de l’argent, de la sensualité débridée, ces idoles bien plus redoutables que tous les veaux d’or.

 

Mais pas en vain, car près du Seigneur se trouvent la joie et le bonheur véritables.

 

 

 

 

La relecture chrétienne de ce psaume proclame avec assurance que ce bonheur éclate en vie éternelle,

par-delà la mort biologique

(Act 2.25-28 cite les v. 8-11).

 

 

 

Les psaumes nous rappellent quelques évidences sur la relativité du temps, de la durée humaine, des valeurs terrestres et transitoires.

 

Ils invitent à regarder vers Dieu le seul Sage durable.

 

 

Ils invitent à reconnaître nos erreurs, nos fautes, nos limites, nos péchés. Et à croire que Dieu pardonne dès que nous les reconnaissons en vérité en notre âme et conscience.

 

 

 

Rendre gloire à Dieu

Rendre grâces à Dieu

 

Puisque nous avons reçu de Dieu la réciprocité demande que nous lui donnions en retour.

 

Mais que pouvons-nous donner à Dieu ?

Reconnaître que nous avons reçu,

rendre grâce,

faire retour à Dieu,

 

Reconnaître qu'il est généreux, plein de Gloire, de Tendresse.

 

 

Rendre,

redonner,

exprimer,

renvoyer l'image reçue, faire écho,

rendre la pareille,

répondre

 

Une autre façon de dire MERCI

 

Plus on est reconnaissant,

plus on reçoit..

 

Plus on reconnaît ses torts

plus on est restauré, reconstruit.

 

Psaume 15 (hébreu 16)
 
Joie d’un homme que Dieu a délivré de la mort
 
1 Poème appartenant au recueil de *David.
 
O Dieu, garde-moi, c’est à toi que j’ai recours.
2 Je dis au Seigneur :
« Tu es mon maître souverain ;
je n’ai pas de bonheur plus grand que toi. »
 
3 Quant aux fidèles qui sont dans le pays,
c’est eux qui ont la vraie grandeur que j’apprécie.
4 Ceux qui cherchent les faveurs d’un autre dieu
ne feront qu’augmenter leurs tourments.
Je n’offrirai pas leurs offrandes de sang.
je n’aurai pas même leur nom sur mes lèvres.
 
5 Seigneur, toi qui es la chance de ma vie,
la part qui me revient,
tu tiens mon destin dans tes mains.
6 C’est un sort qui m’enchante,
un privilège qui me ravit.
7 Je remercie le Seigneur, qui me conseille :
même la nuit, ma conscience m’en avertit.
 
8 Je ne perds pas de vue le Seigneur,
et je ne risque pas de faiblir, puisqu’il est à mes côtés.
 
9 C’est pourquoi j’ai le coeur plein de joie,
j’ai l’âme en fête.
Je suis en parfaite sécurité.
 
10 Non, Seigneur,
tu ne m’abandonnes pas à la mort,
tu ne permets pas que moi, ton fidèle,
je m’approche de la tombe.
 
11 Tu me fais savoir quel chemin mène à la vie.
On trouve une joie pleine en ta présence,
un plaisir éternel près de toi.
louange
louange1
louange3
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
«Soyez saints,
car je suis saint »
(1.13-25)
 
La communauté est appelée à vivre dans l’espérance de la venue ultime de Jésus.
 
 
Elle reconnaîtra ainsi le chemin qui mène vers Dieu, tout en se libérant des croyances anciennes, héritées de ses ancêtres.
 
 
 
 
La vie nouvelle acquise par la résurrection de Jésus incite les chrétiens à vivre dans l’amour et le respect de l’autre.
 
 
Les conseils de Pierre:
 
- garder l'esprit éveillé
 
- Espérer toujours la révélation intérieure du Christ
 
- Maîtriser ses désirs de convoitise
 
- Se conduire selon les orientations venant de Dieu, selon l'Alliance offerte par Lui
 
- Comme des personnes
en transit temporaire et provisoire.
 
Le parcours terrestre ne dure qu'un temps,
comme celui de l'herbe et de la fleur.
 
- Se souvenir du Christ qui s'est entièrement livré pour nous délivrer d'une manière de vivre insensée.
Il a été traité comme un agneau pascal,
offert en sacrifice.
Aussi Dieu l'a-t-il comblé de gloire
alors que les humains l'avaient traité avec mépris.
 
-Obéir à la Vérité et à l'Amour personnifiés,
Jésus-Christ.
L'obéissance à sa Parole nous engendre: elle est semence de vie. immortelle, éternelle.
 
- Vous trouverez cette Parole
dans l'Evangile qui vous a été annoncé.
 
- Vous découvrirez alors
comment aimer Dieu et vos frères.
*
 
Pierre parle de sa propre expérience.
 
Il écrit simplement,
à la manière d'un frère très proche.
 
Ses conseils valent pour
toutes les époques de l'histoire.

 

Première Lettre de PIERRE

1, 17 à 21

 

Appel à vivre saintement

13C’est pourquoi, tenez-vous

prêts à agir, gardez votre esprit en éveil.

 

Mettez toute votre espérance

dans le don qui vous sera accordé

quand Jésus-Christ apparaîtra.

 

14Obéissez à Dieu

et ne vous conformez pas

aux désirs que vous aviez autrefois,

quand vous étiez encore ignorants.

 

15Mais soyez saints

dans toute votre conduite,

tout comme Dieu qui vous a appelés est saint.

16En effet, l’Écriture déclare :

« Soyez saints, car je suis saint. »

17Dans vos prières, vous donnez

le nom de Père à Dieu qui juge

tous les hommes avec impartialité,

selon ce que chacun a fait ;

c’est pourquoi, durant le temps

qu’il vous reste à passer sur la terre,

que votre conduite témoigne du respect

que vous avez pour lui.

 

18Vous savez, en effet,

à quel prix vous avez été délivrés

de la manière de vivre insensée

que vos ancêtres vous avaient transmise.

Ce ne fut pas au moyen de choses périssables,

comme l’argent ou l’or ; 19non,

vous avez été délivrés

par le sang précieux du Christ,

*sacrifié comme un agneau sans défaut et sans tache.

20Dieu l’avait destiné à cela avant la création du monde,

et il l’a manifesté pour votre bien

dans ces temps qui sont les derniers.

21Par lui vous croyez en Dieu

qui l’a ramené d’entre les morts

et lui a donné la *gloire ;

ainsi vous placez

votre *foi et votre espérance

en Dieu.

Hommefemme
rougegorge100
 
 
 
 
 
Pour apprendre
l’absence-présence
(24.13-35)
 
Pour quelle raison ces deux disciples,
en route vers Emmaüs, retournent-ils précipitamment à Jérusalem ?
 
 
Ils rencontrent le ressuscité qui prend le temps de cheminer à leurs côtés.
 
Cela se passe le jour même de la découverte du tombeau vide.
 
 
Le témoignage des femmes ne les a pas convaincus.
Ils ne peuvent croire à la résurrection
et sont plongés dans le désarroi,
car la mort de Jésus
a détruit l’espoir d’une délivrance pour Israël.
 
 
Ils ne reconnaissent d’ailleurs pas l’homme qui se tient à leurs côtés.
 
 
Celui-ci les écoute puis les invite fermement à croire
avant de leur rappeler
le sens des Écritures.
 
 
Mais ce n’est qu’au moment
où il rompt le pain qu’ils reconnaissent
en lui le Seigneur.
 
 
Cette rencontre avec le ressuscité
ranime leur espérance
et ils repartent sans plus attendre
à Jérusalem.
 
 
 
 
S’arrêter à la mort de Jésus
conduit au désarroi,
croire en sa résurrection
remplit d’espérance.
 
 
 
Ce récit est la parabole
de la lecture des évangiles.
 
Jésus accompagne le lecteur
aussi longtemps que ce dernier
ne l’a pas reconnu.
 
 
Mais à ce moment-là,
il devient objet de foi
et n’a plus besoin d’apparence matérielle.
 
 
 
 
Luc compose un récit rempli de significations
qui interpellent depuis des siècles
ceux et celles qui en comprennent la trame.
Il s'agit de l'existence chrétienne.
 
D'abord un coup de coeur pour l'homme Jésus,
suscitant un espoir considérable.
 
Puis des heures difficiles,
des événements qui remettent tout en question.
Et la mort, injuste, qui met fin aux enthousiasmes.
 
Faut-il tout oublier, revenir à
l'existence d'hier, courante, banale?
Quelqu'un nous rejoint.
L'inconnu fait irruption.
Il semble sorti de nulle part.
Il ne voit pas les événements comme nous.
 
Ceci nous questionne: nous amenant
à rendre compte de notre expérience,
de nos déceptions, de notre tentation
de revenir en arrière.
 
Mais voici!
 
Les Saintes Ecritures commencent
à nous parler. Comme une clé,
elles ouvrent les portes sur
le Sens de l'Histoire humaine.
Tout ce que nous espérions
est en cours de réalisation.
Le destin mêle inévitablement joies et peines,
réussites et échecs.
Il ne peut pas en être autrement.
 
Un Homme exceptionnel en a fait l'expérience:
il était attendu. Il a traversé l'horreur
pour entrer dans la Gloire.
Les Ecritures ainsi décryptées
réchauffent le coeur..
Elles deviennent lumineuses,
alors que le quotidien comporte
tant et tant de réalités ténébreuses.
 
Après avoir marché et médité ensemble,
on a besoin de prendre place autour d'une table.
Repas de marcheurs, qui ont déjà
beaucoup échangé.
Repas d'étape provisoire.
 
En voici le contenu essentiel:
prendre le pain,
rendre grâce et remercier Dieu,
rompre le pain pour le partager,
chacun en accueillant sa part,
personne n'étant oublié ou mis à l'écart.
 
Et surtout, reconnaître en ces "actes eucharistiques"
la présence du Ressuscité
qui illumine, réchauffe,
nourrit et donne envie
de communiquer les convictions
que le Repas du Seigneur suscite
chez ceux qui y participent.
N'est-ce pas une évocation du parcours chrétien?
*
L'un des pèlerins s'appelait Cléophas.
L'autre n'a pas de nom.
Et si c'était chacun de nous?
 
Le quatrième évangile mentionne
au pied de la croix une Marie,
femme de Clopas (Cléophas? Le même ? Jean 19,25)
Et si c'était ce couple qui retournait à Emmaüs, leur village, invitant Jésus à prendre place à leur table,
pour "demeurer" avec eux?
 
Avez-vous bien noté qu'il n'est
nulle part question d'une auberge
pour ce repas des pèlerins?
 
Il existe une icône, réalisée par une religieuse de Jérusalem, pour méditer sur le repas d'Emmaüs,
dans la maison de Clopas et de Marie son épouse.
*
Personne n'est assuré de l'emplacement
de cet Emmaüs, à 60 stades de Jérusalem (12 km).
 
Et si c'était le lieu de notre existence ?
Là où nous sommes "chez nous",
"à la maison",
là où nous accueillons la Parole,
la Présence et la Mission du Ressuscité ?
 
Non loin des frères et soeurs chrétiens
qui disent comme nous:
"Il est ressuscité".
 

 

Selon LUC

24, 13 à 35

Sur le chemin d’Emmaüs (Voir aussi Marc 16.12-13)

13Ce même jour, deux *disciples se rendaient à un village appelé Emmaüs,

qui se trouvait à environ

deux heures de marche de Jérusalem.

14Ils parlaient de tout ce qui s’était passé.

 

15Pendant qu’ils parlaient et discutaient,

Jésus lui-même s’approcha et fit route avec eux.

16Ils le voyaient, mais quelque chose les empêchait de le reconnaître.

17Jésus leur demanda :

« De quoi discutez-vous en marchant ?»

Et ils s’arrêtèrent, tout attristés.

18L’un d’eux, appelé Cléopas, lui dit :

« Es-tu le seul habitant de Jérusalem

qui ne connaisse pas ce qui s’est passé ces derniers jours ?»

– 19«Quoi donc ?» leur demanda-t-il.

Ils lui répondirent :

« Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth !

C’était un *prophète puissant ;

il l’a montré par ses actes et ses paroles

devant Dieu et devant tout le peuple.

20Les chefs de nos *prêtres et nos dirigeants

l’ont livré pour le faire condamner à mort

et l’ont cloué sur une croix.

21Nous avions l’espoir qu’il était

celui qui devait délivrer *Israël.

Mais en plus de tout cela,

c’est aujourd’hui le troisième jour

depuis que ces faits se sont passés.

22Quelques femmes de notre groupe

nous ont étonnés, il est vrai.

Elles se sont rendues tôt ce matin au tombeau

23mais n’ont pas trouvé son corps.

Elles sont revenues nous raconter

que des *anges leur sont apparus

et leur ont déclaré qu’il est vivant.

 

24Quelques-uns de nos compagnons

sont allés au tombeau

et ont trouvé tout comme les femmes l’avaient dit,

mais lui, ils ne l’ont pas vu. »

 

25Alors Jésus leur dit :

« Gens sans intelligence,

que vous êtes lents à croire tout

ce qu’ont annoncé les prophètes !

26Ne fallait-il pas que le *Messie souffre ainsi

avant d’entrer dans sa *gloire ?»

27Puis il leur expliqua ce qui était

dit à son sujet dans l’ensemble des Écritures,

en commençant par les livres de *Moïse

et en continuant par tous les livres des Prophètes.

 

28Quand ils arrivèrent près du village

où ils se rendaient,

Jésus fit comme s’il voulait poursuivre sa route.

29Mais ils le retinrent en disant :

« Reste avec nous ; le jour baisse déjà et la nuit approche.»

Il entra donc pour rester avec eux.

 

30Il se mit à table avec eux,

prit le pain et remercia Dieu ;

puis il rompit le pain et le leur donna.

 

31Alors, leurs yeux s’ouvrirent

et ils le reconnurent ;

mais il disparut de devant eux.

 

32Ils se dirent l’un à l’autre :

«N’y avait-il pas comme un feu qui brûlait

au-dedans de nous quand il nous parlait

en chemin et nous expliquait les Écritures ?»

 

33Ils se levèrent aussitôt

et retournèrent

à Jérusalem.

Ils y trouvèrent les onze disciples

réunis avec leurs compagnons,

Le cycle d'Emmaüs

Selon ARCABAS

peintre contemporain

emmausicon
EmmausRupnic
effigieChrist
 
Comparer les quatre récits des évangiles
sur les manifestations de Jésus vivant
après sa mort
http://thomasjch.com/recitsresurrection.html

Dix expressions typiques de

l'évangile selon JEAN

http://thomasjch.com/johanniques.html

Retour à la page d'accueil du site

Retour au PLAN du site