Page d'accueil

PLAN du site

item1
Samaritaine3
samaritainekoenig
Jésus passe les frontières…
Samaritaine1

Marcel Orhan

pour moi ce texte est un appel a la liberté.

le Christ brise ici, tous les tabous , toutes les castes, tous les codes sociaux.

 a)     Il parle...   au bord d'un puits ...lui un juif ...   un rabbi...horreur!
    à une femme
         à une samaritaine
             à une étrangere hérétique
cf:  j'etais un étranger et vous m'avez reçu.

  b)     Il fait une contestation radicale du  pouvoir , et surtout du pouvoir religieux,
du pouvoir clérical.

      terminés, les monts Garisim , les monts de Jerusalem
       

Monique Moizeau

La rencontre de Jésus et de la Samaritaine selon Saint Jean 4 -

Ce qui m'a touché...

_ La rencontre elle-même qui a lieu ,malgré les obstacles, et au fil de laquelle chacun se révèle tel qu'il est ,dans le dialogue.

Pour moi , elle est signe de la rencontre toujours possible de tout homme ,quel qu'il soit ,avec le Christ.

 

_ L'attitude de Jésus qui se met dans la situation de demandeur. Il a besoin de la Samaritaine pour étancher sa soif. A un autre niveau on perçoit les soifs de Jésus : soif d'accueil, d'amour des hommes , soif de Dieu , son Père.

 

_ La révélation directe et entière de Jésus qui livre son identité , sa responsabilité , son rôle.

 

_ La bonté, la miséricorde du Christ dont la Parole ne condamne pas mais fait naître à une autre Vie.

 

_ Les effets de la rencontre qui transforment l'âme . La Samaritaine adhère peu à peu au message (en témoigne la progression des noms donnés à Jésus)

et s'empresse de le partager. Touchée par la Parole , elle ne peut la garder pour elle seule.

 

_ Les symboles utilisés par Jean : le puits de la rencontre , la source , la soif , la nourriture ; ils permettent d'accéder à un 2ème niveau de lecture.

La samaritaine: une femme libŽrŽe
samaritaine2
item7
item8

Page d'accueil

PLAN du site

samaritaineXBoog
 
Brèves évocations
 
Jésus "devait" traverser la Samarie, pour évangéliser ses habitants, et réunir Judéens et Samaritains séparés depuis plus de sept siècles.( Lire 2 Rois, 17, 24-41).Une femme va en être l'évangélisatrice. Elle vient à la sixième heure ( pleine lumière sur le Christ-Lumière ) au puits de Jacob (lieu historique de rencontre hommes/femmes en vue du mariage, rappel du sixième jour de la création).
 
Jésus, un homme Juif, prend l'initiative d'un dialogue à deux niveaux: celui des réalités matérielles (eau, soif, époux, nourriture) pour accéder aux réalités spirituelles ( eau inépuisable, soif de sens, mariage d'amour fidèle).
La femme, qui symbolise la Samarie, écoute, comprend, découvre le sens de sa vie à partir de cet homme juif qu'elle appelle Rabbi, plus grand que Jacob, Seigneur, Prophète et finalement Messie.
 
Dialogue sur la vraie tradition des ancêtres, et sur le culte essentiel: adoration d'un Dieu Père, selon l'Esprit et la Vérité, sans lien prioritaire avec un lieu officiel de célébration religieuse. Chacun est temple ou montagne, lieux bibliques de la rencontre avec Yahvé
 
Cette femme adhère avec enthousiasme. Elle abandonne sa cruche, l'instrument de son existence quotidienne; elle part avec empressement faire partager sa découverte intérieure à ses compatriotes. Elle n'a reçu aucune mission: elle évangélise spontanément. Elle communique, elle propose, elle interpelle: "ne serait-il pas le Messie?". Elle conduit au Christ et lui laisse toute la place.
 
Et les gens de Samarie écoutent, respectent la conviction de cette femme qui les amène à Jésus. Ils invitent Jésus, l'écoutent pendant deux jours. Ils adhèrent et proclament: "Nous savons qu'il est vraiment le Sauveur du Monde".
 
L'identité de Jésus est dévoilée, révélée, accueillie dans la Foi. Le lien entre le Christ et les Samaritains est solidement établi (les Actes des Apôtres en parleront, au chapitre 8). Les Samaritains cesseront d'être des étrangers infréquentables: Jésus les mettra en valeur, notamment dans la parabole du "bon samaritain". Mais ses opposants le traiteront de "samaritain" (Jean 8,48) pour mieux le rejeter.
*
L'évangéliste accentue les contrastes:
 
- entre cette femme que Jésus approuve et ceux qui méprisent encore le monde féminin ( le plus long passage d'un évangile consacré à une femme!)
- entre la pleine lumière révélée aux Samaritains et la "nuit" dont Nicodème le notable de Jérusalem demeure prisonnier dans la rencontre cachée avec le Christ,
 
- entre la compréhension des choses de la foi dont fait preuve la Samaritaine et la compréhension très terre à terre qui caractérise les disciples de Jésus, hommes juifs qui s'estiment probablement supérieurs à cette femme
 
- entre les nourritures terrestres que les disciples recherchent et La Nourriture qui apaise la faim du Christ: la Volonté du Père qui consiste à sauver tous les humains.
 
- entre les semailles et les récoltes des champs et la mission de Semer la Parole de Dieu pour en faire le Pain substantiel apaisant les vraies faims humaines.
*
L'évangéliste a injecté dans ces lignes les clés d'une harmonieuse compréhension de la personne du Christ, de la Femme, de l'évangélisation, du témoignage, des réalités quotidiennes , du culte, des réconciliations après des siècles d'ignorance ou de mépris...
 
Qui peut prétendre en épuiser le sens ?
Ces lignes furent écrites par un grand spirituel inspiré d'en-haut.
A méditer sans modération.
JCThomas
item10

Page d'accueil

PLAN du site