Livre des ACTES des Apôtres
10, 34 à 43
(Message de Dieu au soldat romain appelé Corneille)
 
Corneille, Dieu a entendu ta prière et n’oublie pas l’aide que tu as apportée aux pauvres. 32Envoie donc des hommes à Jaffa pour en faire venir Simon, surnommé Pierre. Il loge dans la maison de Simon, un ouvrier sur cuir
qui habite au bord de la mer.”
33J’ai immédiatement envoyé des gens te chercher
et tu as bien voulu venir.
Maintenant, nous sommes tous ici devant Dieu
pour écouter tout ce que le Seigneur
t’a chargé de dire. »
 
Le discours de Pierre chez Corneille
 
34 Pierre prit alors la parole et dit :
« Maintenant, je comprends vraiment
que Dieu n’avantage personne :
35 tout être humain, quelle que soit sa nationalité,
qui le respecte et fait ce qui est juste,
lui est agréable.
36Il a envoyé son message
au peuple *d’Israël, la Bonne Nouvelle
de la paix par Jésus-Christ,
qui est le Seigneur de tous les hommes.
 
37Vous savez ce qui est arrivé d’abord en Galilée,
puis dans toute la Judée, après que *Jean a prêché et baptisé.
38Vous savez comment Dieu a répandu
la puissance du Saint-Esprit sur Jésus de Nazareth.
Vous savez aussi comment Jésus
a parcouru le pays en faisant le bien
et en guérissant tous ceux qui étaient sous le pouvoir du *diable,
car Dieu était avec lui.
39Et nous, nous sommes témoins
de tout ce qu’il a fait dans le pays des *Juifs et à Jérusalem.
On l’a fait mourir en le clouant sur la croix.
40Mais Dieu lui a rendu la vie le troisième jour ;
il lui a donné d’apparaître,
41non à tout le peuple,
mais à nous que Dieu a choisis d’avance comme témoins.
Nous avons mangé et bu avec lui
après que Dieu l’a relevé d’entre les morts.
42Il nous a commandé de prêcher au peuple
et d’attester qu’il est celui que Dieu a établi
pour juger les vivants et les morts.
43Tous les *prophètes ont parlé de lui,
en disant que quiconque *croit en lui
reçoit le pardon de ses *péchés
par le pouvoir de son nom. »

 

 

 

Un appel entendu

en maison païenne

(10.30-33)

 

Corneille raconte sa vision et informe ainsi Pierre de ce que le Seigneur attend de lui : Pierre doit transmettre la parole du Seigneur à Corneille.

 

 

Aucun d’eux ne sait vraiment

ce qui doit être dit.

 

La rencontre est plus significative que les paroles échangées!

 

Elle transforme la distinction entre le pur et l’impur (Lév 10.10).

 

 

 

La Bonne Nouvelle se propage

(10.34-48)

Pierre ne dit rien de nouveau

au sujet de Jésus.

 

Mais il annonce la Bonne Nouvelle dans une demeure païenne,

là est la nouveauté !

 

 

 

 

Le Saint-Esprit s’y manifeste clairement, comment alors ne pas baptiser ces gens ?

 

 

 

La Bonne Nouvelle du Seigneur Jésus

est annoncée,

l’Esprit Saint est reçu,

comme à la Pentecôte.

 

 

Il y a désormais communion

entre des Juifs

et des non-Juifs.

 
Entre le jour de la Résurrection
et le jour où Pierre entre
chez le soldat romain Corneille,
une évolution considérable se produit.
 
Non pas sur la pensée de Pierre au sujet du Christ ressuscité: il dit la même chose
que le jour de la Pentecôte.
 
Mais, cette fois, Pierre s'est déplacé,
pour entrer chez des non-juifs
(ce qui ne lui était sans doute jamais arrivé).
 
Il abandonne une de ses
pratiques traditionnelles:
à ses yeux, c'est une désobéissance.
 
Il témoigne de Jésus
devant des gens qu'il ne croyait
pas intéressés par la Foi au Ressuscité.
 
Il découvre leur appétit de
connaître cette Foi
et leur adhésion enthousiaste.
 
Et il comprend à leurs réactions qu'ils sont touchés au coeur, accueillants à la Bonne Nouvelle, et habités par l'Esprit du Christ.
 
Il découvre que Dieu porte aux non-juifs
le même intérêt qu'aux Juifs.
Et il en tire la conclusion: ces personnes doivent être baptisées (plongées)
dans le Nom du Père, du Fils et de l'Esprit-
et être reconnues comme
membres à part entière de l'Eglise du Christ.
 
Pierre entre en communion avec un univers religieux et culturel dont il n'avait pas idée..
.Il en découvre les
richesses spirituelles insoupçonnées de lui.
 
***
Cela lui sera immédiatement reproché
avec véhémence.
Mais, Paul faisant la même découverte,
la Communauté ecclésiale
prend ses premières décisions (Actes 15).
 
Appartenir spirituellement au Christ
devient l'essentiel pour en faire partie.
 
***
Et si les Eglises chrétiennes retrouvaient dans la joie cette priorité sans instituer d'autres barrages à l'entrée dans l'Unique Eglise du Christ Ressuscité?
 
Aujourd'hui encore, les Eglises voient arriver des personnes que la foi chrétienne attire,
inspire, met en action.
 
Elles sont d'une autre culture que les chrétiens "habitués": elles les réveillent
et parfois les bousculent.
 
En ces "nouveaux chrétiens"
il est indispensable de voir
l'oeuvre de l'Esprit Saint et de les accueillir avec joie, reconnaissance et attention: par eux
, l'Esprit va dire quelque chose de neuf.
 
Tendons l'oreille : adaptons-nous à Dieu
au lieu de contraindre ces nouveaux arrivants
à adopter nos vieilles habitudes.
LARGES COMPLEMENTS sur Genèse 2

 

Soif de pureté (Ps 51)

Drame de libération morale : lamentation, supplication. Le psalmiste entrevoit déjà le dénouement: d’avance, il songe à la manière de rendre grâce et de témoigner publiquement. L’usage a fait de ce poème la prière par excellence du pécheur individuel.

 

Le fait de l’avoir attribué à David (v.1-2) renforce cette impression. Toutefois, derrière le « je», certains ont lu une dimension communautaire, tant dans la faute (v.7) que dans la conversion (v. 15), le témoignage (v. 16) et la reconnaissance (v. 21).

 

En brisant l’alliance avec son Dieu, Israël a péché solidairement. Par ses mauvais choix collectifs, il a introduit dans son histoire du vide et des ruines (v. 20).

 

Encore aujourd’hui, ce psaume peut nous aider à demander pardon à Dieu,non seulement pour nos fautes personnelles,mais aussi pour nos mauvais choix sociaux, politiques, économiques et même ecclésiaux.

 

Retrouver sa blancheur (51.3-11)

Première démarche vers la libération intérieure : la prise de conscience, l’aveu. Lucidement, le pécheur se situe non seulement face à lui-même, mais face au Seigneur. En fait, tout mauvais choix moral, qu’il soit collectif et public ou intime et secret, touche Dieu directement: il met en danger ou fragilise notre relation

d’alliance avec lui.

Deuxième démarche: le rite de purification.

Pour l’évoquer, le suppliant recourt ici au symbole universel de l’eau qui efface les souillures.

Retrouver son souffle (51.12-19)

Les mots « coeur» et «esprit » ponctuent le reste du poème. Dans le symbolisme corporel de la Bible, le coeur représente le lieu de la réflexion, de la décision, de l’option morale.

L’esprit, plus concrètement que dans nos langues, désigne le souffle de vie, la respiration.

 

Brisé (v. 19), fragilisé par le péché, l’être humain a besoin de retrouver un souffle nouveau, plus ferme,

plus engagé, un souffle de sainteté (v. 12- 14),

qui délie la langue et les lèvres (v. 17)

pour témoigner du salut expérimenté

 

PSAUME 50 (hébreu 51)

50 Prière pour obtenir le pardon
1Psaume appartenant au répertoire du *chef de chorale et au recueil de *David. 2 Il fait allusion à la visite que le *prophète Natan rendit à David après que celui-ci eut commis adultère avec Batchéba.
 
(Les quatre mots clés du péché de David...et de l'être humain)
3 O Dieu, toi qui es si bon, aie pitié de moi ; toi dont le coeur est si grand,
efface mes désobéissances.
4 Lave-moi complètement de mes torts,
et *purifie-moi de ma faute.
5 Je t’ai désobéi, je le reconnais ; ma faute est toujours là, je la revois sans cesse. 6 C’est contre toi seul que j’ai mal agi, puisque j’ai fait ce que tu désapprouves.
 
(Reconnaître sa responsabilité comme Dieu la fait découvrir)
Ainsi tu as raison quand tu prononces ta sentence,
tu es irréprochable quand tu rends ton jugement.
7 Oui, je suis marqué par le *péché
depuis que je suis né, plongé dans le mal
depuis que ma mère m’a porté en elle.
8 Mais ce que tu aimes trouver dans un coeur humain,
c’est le respect de la vérité.
Au plus profond de ma conscience,
fais-moi connaître la sagesse.
9 Fais disparaître ma faute, et je serai pur ;
lave-moi, et je serai plus blanc que neige.
10 Annonce-moi ton pardon, il m’inondera de joie.
Que je sois en fête, moi que tu as brisé !
11 Détourne ton regard de mes fautes, efface tous mes torts.
 
( Le coeur sincère qui sollicite le pardon )
12 O Dieu, crée en moi un coeur pur ;
renouvelle et affermis mon esprit.
13 Ne me rejette pas loin de toi,
ne me prive pas de ton saint *Esprit.
14 Rends-moi la joie d’être sauvé,
soutiens-moi par un esprit d’engagement.
 
(La promesse de louange pour le pardon reçu)
15A tous ceux qui te désobéissent
je veux dire ce que tu attends d’eux ;
alors ceux qui ont rompu avec toi reviendront à toi.
16 Dieu, mon libérateur,
délivre-moi de la mort,
pour que je crie avec joie comment tu m’as sauvé.
 
17 Seigneur, ouvre mes lèvres, pour que je puisse te louer.
18 Tu ne désires pas que je t’offre un *sacrifice.
Même un sacrifice entièrement consumé (holocauste) ne pourrait te plaire.
 
19 O Dieu, le sacrifice que je t’offre,
c’est moi-même, avec mon orgueil brisé.
O Dieu, ne refuse pas mon coeur complètement brisé.
 
 
20 Sois bien disposé pour *Sion,
fais-lui du bien ; rebâtis les murailles de Jérusalem.
21 Alors tu aimeras qu’on t’offre des sacrifices corrects,
des sacrifices entièrement consumés ;
alors aussi on pourra présenter des taureaux sur ton *autel.

 

 
 
Chaque psaume nous aide à prier.
Il épouse nos pensées.
Il facilite la relation avec Dieu.
 
Il met à nu nos réactions habituelles, notre façon de croire ou de poser des questions à Dieu, de le secouer quand il ne répond pas, de le supplier quand tout va mal pour nous, de le remercier quand on recommence à voir un peu plus clair.
 
 
Reprendre ligne par ligne, lentement, s'arrêter, marquer une pause, un temps de silence.
 
Un psaume peut nous tenir en éveil, nous réveiller, nous faire entrer dans la paix.
 
Nous tenir parfois la tête hors de l'eau.
 
Nous faire surmonter une profonde détresse.
 
Celui qui écrivit ce psaume a commencé par le vivre. Il nous propose de le prendre aujourd'hui à notre compte.
 
 

 

Regarder en haut

(3.1-4)

La force de la résurrection passe dans chaque croyant. Elle donne un sens nouveau à l’existence.

Cette vie nouvelle qui jaillit de la mort

est cachée actuellement mais elle éclatera au grand jour lors de la manifestation ultime du Christ.

 

 

 

Renaître avec Jésus-Christ

(3.5-11)

Le Christ fait mourir l’existence ancienne des croyants, comme on fait disparaître une mauvaise herbe. Les croyants peuvent donc être libérés des anciennes contraintes.

La nouvelle création apparaît, et Dieu la renouvelle.

 

 

La nouvelle nature du croyant

(3.12-15)

Les croyants revêtent les qualités

reçues du Christ.

 

Cette nouvelle nature se façonne aussi grâce aux autres et pour les autres.

 

Douceur et pardon s’apprennent dans la diversité humaine de l’Église.

Et quand la paix du Christ dirige les pensées de chacun, c’est l’ordre et l’harmonie dans l’Église.

 

 

 

 

 

La Parole de Dieu,

vie de l’Église

(3.16-17)

Une Église devient forte

quand la Bible est étudiée

et prend place dans le coeur de chacun.

 

Avec le chant de cantiques et de psaumes, la communauté de la foi

s’affirme et se consolide.

 

Par ailleurs, c’est toute la vie qui doit être orientée par le Seigneur Jésus.

 
Paul choisit des mots ayant plusieurs sens
pour nous faire entrevoir
le renouvellement à opérer
si nous sommes logiques avec l'engagement du baptême.
 
Nous sommes passés par une
mort aux comportements mauvais
pour nous et néfastes pour les autres
( le baptisé est immergé dans l'eau baptismale,
évocation d'une mise au tombeau)
 
Cette immersion
dans le Nom du Père, du Fils et de l'Esprit
engendre une Vie nouvelle -
 
C'est une seconde naissance: d'Eau et d'Esprit.
(le baptisé sort des eaux baptismales,
sort tu tombeau, est ressuscité).
 
Le baptisé reçoit l'onction
qui manifeste sa nouvelle dignité:
royale, sacerdotale, prophétique.
Il est membre à part entière de l'Assemblée du Christ.
 
Il reçoit un vêtement neuf, lumineux,
étant devenu "lumière pour le monde".
Il marche à la suite du Christ-Lumière:
il reçoit ses Paroles et mange le "pain venu du Ciel".
 
***
Paul résume:
"Votre véritable Vie, c'est le Christ".
Gardez les pieds sur terre et la tête dans le Ciel.
Renoncez aux comportements qui tuent:
adoptez les pensées qui font vivre.
Ne vivez plus comme jadis:
devenez des personnes
en renouvellement perpétuel
selon l'Esprit du Ressuscité.
 
***
 
Evidemment, pour ceux qui furent baptisés bébés,
ce langage symbolique n'évoque rien.
Nous devons retrouver sans délai
- et des baptêmes d'adultes
- et des baptêmes par immersion pour que ces expériences recommencent à nous "parler" et nous fassent ressusciter.
 
Si nous cherchons une pratique susceptible
de faire de nous des "ressuscités",
pensons à la méditation de la Parole du Christ.
 
Non seulement à titre personnel,
mais comme base d'échanges entre chrétiens,
de prière, de joie, de chants inspirés par l'Esprit
 
.
 
 
A partir de là,
nous mettrons à sa juste place
la fraternité entre chrétiens,
hommes et femmes,
juifs ou non,
européens ou non,
riches ou pauvres,
cultivés ou peu savants,
jeunes ou vieux..

 

Lettre de PAUL

aux COLOSSIENS

 

3. 1-4

1Vous avez été ramenés de la mort à la vie avec le Christ.

Alors, recherchez les choses qui sont au *ciel,

là où le Christ siège à la droite de Dieu.

2Préoccupez-vous de ce qui est là-haut

et non de ce qui est sur la terre.

3Car vous êtes morts, et votre vie est

cachée avec le Christ en Dieu.

4Votre véritable vie, c’est le Christ,

et quand il paraîtra, alors vous paraîtrez aussi

avec lui en participant à sa *gloire.

 

La vie ancienne et la vie nouvelle

5Faites donc mourir tout ce qui est terrestre en vous :

l’immoralité, *l’impureté, les passions,

les mauvais désirs et l’avarice (car l’avarice, c’est de *l’idolâtrie).

6Ce sont de telles fautes qui attirent la *colère de Dieu

sur ceux qui s’opposent à lui.

7Voilà comment vous vous conduisiez autrefois

quand votre vie était dominée par ces *péchés.

8Mais maintenant, rejetez tout cela :

la colère, l’irritation et la méchanceté.

Qu’aucune insulte ou parole grossière ne sorte de votre bouche.

9Ne vous mentez pas les uns aux autres, car vous avez abandonné votre vieille nature avec ses habitudes 10et vous vous êtes revêtus de la nouvelle nature : vous êtes des êtres nouveaux que Dieu, notre Créateur, renouvelle continuellement à son image, pour que vous le connaissiez parfaitement. 11Il n’importe donc plus que l’on soit non-Juif ou *Juif, *circoncis ou incirconcis, non civilisé, primitif, esclave ou homme libre ;

ce qui compte, c’est le Christ qui est tout et en tous.

12Vous faites partie du peuple de Dieu ;

Dieu vous a choisis et il vous aime.

C’est pourquoi vous devez vous revêtir

d’affectueuse bonté, de bienveillance, d’humilité, de douceur et de patience. 13Supportez-vous les uns les autres ; et si l’un de vous a une raison de se plaindre d’un autre, pardonnez-vous réciproquement,

tout comme le Seigneur vous a pardonné.

14Et par-dessus tout, mettez l’amour,

ce lien qui vous permettra d’être parfaitement unis.

15Que la paix du Christ règne dans vos coeurs ;

c’est en effet à cette paix que Dieu vous a appelés,

en tant que membres d’un seul corps.

Soyez reconnaissants.

16Que la parole du Christ, avec toute sa richesse,

habite en vous. Instruisez-vous et avertissez-vous les uns les autres

avec une pleine sagesse.

Chantez à Dieu, de tout votre coeur et avec reconnaissance, des psaumes, des hymnes et des cantiques inspirés par *l’Esprit. 17Tout ce que vous faites, en paroles ou en actions, faites-le au nom du Seigneur Jésus, en remerciant par lui Dieu le Père.

priere supplication
arcenciel1
 
 
 
 
 
 
 
 
Il vit ! Vous le verrez !
(28.1-10)
 
Tout est dit en peu de lignes :
l’aube du premier jour
comme une nouvelle création du monde
(Gen 1.2) ;
 
l’essentiel de la foi au Christ vivant,
qui a vaincu la mort ;
 
l’annonce de la bonne nouvelle
par un messager de Dieu;
 
la confiance des femmes
qui croient avant même de constater
que le tombeau est vide
 
leur mission d’annoncer la résurrection ;
 
leur obéissance sans réserve,
confirmée par la rencontre avec Jésus.
 
 
Le mouvement de sortie
vers la Galilée
amorce une annonce
de la Bonne Nouvelle de Jésus vivant
en direction du monde entier

 

Selon MATTHIEU

28, 1 à 10

La *résurrection de Jésus

(Voir aussi Marc 16.1-10 ; Luc 24.1-12 ; Jean 20.1-10)

 

1Après le *sabbat, dimanche au lever du jour,

*Marie de Magdala et l’autre Marie

vinrent voir le tombeau.

 

2Soudain, il y eut un fort tremblement de terre ;

un *ange du Seigneur descendit du *ciel,

vint rouler la grosse pierre

et s’assit dessus.

3Il avait l’aspect d’un éclair

et ses vêtements étaient

blancs comme la neige.

 

4Les gardes en eurent une telle peur

qu’ils se mirent à trembler

et devinrent comme morts.

 

5L’ange prit la parole et dit aux femmes :

«N’ayez pas peur.

Je sais que vous cherchez Jésus,

celui qu’on a cloué sur la croix ;

6il n’est pas ici,

il est revenu de la mort à la vie

comme il l’avait dit.

 

Venez, voyez l’endroit où il était couché.

 

7Allez vite dire à ses *disciples :

Il est revenu d’entre les morts

et il va maintenant vous attendre en Galilée ;

c’est là que vous le verrez.

Voilà ce que j’avais à vous dire. »

 

8Elles quittèrent rapidement le tombeau,

remplies tout à la fois

de crainte et d’une grande joie,

et coururent porter la nouvelle aux disciples de Jésus.

 

9Tout à coup, Jésus

vint à leur rencontre

et dit :

« Je vous salue !»

 

Elles s’approchèrent de lui,

saisirent ses pieds et l’adorèrent.

 

10Jésus leur dit alors :

« N’ayez pas peur.

Allez dire à mes frères

de se rendre en Galilée :

c’est là qu’ils me verront. »

 
Matthieu transmet le message pascal
en choisissant les expressions
et les personnes susceptibles
de faire réfléchir ses lecteurs.
 
- C'est le premier jour d'une semaine nouvelle, celui d'une nouvelle création,
d'un nouveau début du monde.
 
- Deux femmes, témoins de la mort et de l'ensevelissement de Jésus, viennent regarder le tombeau, méditer, pleurer le disparu qu'elles avaient suivi depuis la Galilée.
Devoir de mémoire, entrée dans le deuil, prendre acte d'une séparation irrémédiable.
 
- Un "ange", plus exactement un porteur de message venant de Dieu, du ciel, fait irruption dans ce contexte de mortelle tristesse: il y a un "grand séisme", la terre est ébranlée, le messager roule la pierre, s'assied dessus, lumineux comme un éclair fulgurant.
 
Rappelant les manifestations de Yahvé au Sinaï, de Jésus à la transfiguration,
suscitant les mêmes réactions
de stupeur, de déstabilisation intérieure
de la part des témoins,
jadis le peuple choisi,
aujourd'hui deux femmes choisies,
deux femmes "cherchant"
à rester en relation avec "le crucifié".
 
- Ceux qui ne cherchent pas le crucifié,
les gardes payés pour l'enfermer dans la mort, eux, deviennent "comme morts".. Ils n'entendent rien du message.
 
- Les femmes, elles, comprennent parfaitement le Message inouï, inattendu, bouleversant l'ordre des choses.
 
1. Le crucifié n'est plus ici:
ce n'est pas dans un tombeau qu'il faut le chercher. D'ailleurs, constatez par vous-mêmes qu'il n'est plus endormi
dans le sommeil de la mort.
 
2. Celui qui a bien été crucifié, le même, il "a été réveillé comme il l'a dit", comme il l'avait annoncé à trois reprises rapportées par le même évangéliste. Dieu ne trompe jamais: il réalise ce qu'il promet: sa Parole est Réalité.
 
3.Retournez dans votre Galilée, dans votre univers habituel: il vous y précède jour après jour: là, vous le verrez, là vous comprendrez, là il sera avec vous. "Voilà, je vous l'ai dit"!
 
4. Et ces deux femmes témoins,
habitées par une "grande joie" et stupeur intérieure, courent, bondissent, pour relayer le message près des disciples hommes, toujours plus absents que les disciples femmes aux heures importantes.
*
Et voici !
C'est Jésus lui-même qui vient au devant d'elles, qui les "rencontre",
là, maintenant,
dès qu'elles croient et accomplissent avec fidélité la mission reçue.
 
Elles se prosternent avec respect et lui saisissent les pieds avec immense affection, pour ne plus quitter le Vivant qu'elles ont trouvé sur leur chemin de foi.
 
1. Cessez de craindre, n'ayez plus peur, vivez en paix, leur demande le Ressuscité.
 
2. Partez ! Allez! Ne restez pas sur place, immobiles ! Ordre de mission
 
3. Annoncez "à mes frères":
tous les humains sont les frères du fils de l'homme. Le Ressuscité, en tout cas, se considère comme leur frère.
 
4. Dites-leur de vivre dans leur Galilée,
leurs conditions d'existence,
aux frontières de la foi et de l'incroyance,
des questions posées et des réponses insatisfaisantes. Qu'ils ne désertent pas.
 
5. "Là, ils me verront! ".
S'ils sont fidèles chercheurs de Dieu
dans leurs vie quotidienne,
ils verront, comprendront
que Je Suis avec eux tous les jours,
jusqu'à la fin , sans fin.
 
*
Matthieu a dit l'essentiel.
A travers deux femmes disciples,
chargées de le dire et de le rappeler sans cesse à leurs frères humains.
Voici les nouveaux frères et soeurs de Jésus,
le Ressuscité:
sa famille nouvelle,
ceux qu'on appellera son Eglise,
les porteurs du Message
de Résurrection
 
Bapteme Jesus 2
Jesus transfigure
item1
samaritainekoenig
Multiplicpains1
transfiguration
LARGES COMPLEMENTS sur Genèse 2